dimanche 12 février 2017

Barcy, 12 février 1917 – Jean à sa mère

2/2/1917
            Maman chérie 

            Je reponds à la hate à tes bonnes lettres des 6 et 7. Cette distance entre la popote et ma chambre me fait perdre un temps énorme. Hier j’ai recommencé le programme de Dimanche dernier. Je suis parti samedi soir avec le commandant [Rivals]. Itinéraire très court, mais voyage très long. Couché à l’hôtel. Entendu [Charles] Wagner à l’Oratoire. Dejeuner avec Mlle [Léo] Viguier. Course à la Fac où je n’ai trouvé personne, et à l’hopital de Combemale, où je ne l’ai pas trouvé. Il vient de partir pour le Midi ; il faudra le réopérer.
            Soirée rue Vaugirard, où j’ai retrouvé comme de juste des tas de types de connaissance, et sympatiques. Diner chez Mlle [Léo] Viguier et retour avec le commandant [Rivals] que j’ai retrouvé à la gare et qui m’a présenté sa femme. Voilà le caneva de la journée.
            Je suis attristé de sentir Suzie toujours patraque. Elle paye bien sa maternité Enfin ! toutes ces misères sont oubliées quand il y a « un homme de plus ds le monde ». Merci beaucoup pour la photo.
Tendresses 

Jean